30 mars 2016

VARIATION AUTOUR DE L'ABANDON

L'histoire: J'ai eu si mal que j'ai cru mourir, sotte on ne meurt d'amour que dans les romans. J'ai mis ma douleur à l'épreuve, une nuit de décembre glaciale, sur un banc blanc de givre. Je suis restée parfaitement immobile, dans l'espoir stupide de me transformer en statue de glace, insensible à tout. Mais au bout de cette nuit pétrifiée ton visage emplissait toujours ma tête, ton corps mon corps, et le froid, qui a et raison de moi au petit matin, m'a chassée dans ce lit vide, désespérément vide, que chaque nuit ton absence... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 16:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 mars 2016

TA PLACE

Petite banlieue triste mais toutefois résidentielle. Petit appartement cossu, nid douillet et étriqué. Tapisserie criarde, de grandes fleurs orange dans la chambre d'enfant. Les années soixante-dix. Tu te tues à petit feu pour payer le crédit. Le jour comme la nuit tu zèle à tout va pour une boîte ogresque qui peu à peu te phagocyte. Beaucoup d'amis, une femme à montrer, et la petite, obéissante. Sans doute, pour toi, la réussite. Tu ne sais pas encore le prix à payer et tu souris. Tu souris, sur l'île de Ré, un soir de 14... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mars 2014

Flash back

Elle était, souvent par hasard, de ces soirées un peu bizarres, futiles et que l'on disait denses, ou les "je t'aime" de circonstance fusaient sur les corps en péril. La fumée, qui piquait les yeux, y rendait chacun amoureux, mais elle savait déjà très bien que se serait fini demain... Une fille aux yeux langoureux l'embrassa d'une bouche éprise, elle avait un goût de cerise, à vous donner envie de mieux. Un soir, ce fut un cul-de-jatte, qui de son lit jouait l'épate, entouré de mains peu timides offrant des caresses torrides: Un... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 16:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 janvier 2012

Il traîne...

Il traîne Les poings dans ses poches crevées Il croit se prendre pour Verlaine Ses yeux balayent le pavé Il traîne Sans trop vouloir s'attarder Sur tous ces corps de sirènes Que le printemps semble créer Il traîne Shootant dans un tas de gravier Comme pour conjurer la haine Car son soleil l'a quitté Il traîne Son grand corps semble plier Lui qui se croyait un chêne tremble comme un brin d'osier Il traîne De trop beaux souvenirs Auxquels ils"enchaîne Tant qu'il voudrait mourir Il traîne Dans les quartiers la nuit ... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 17:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 juillet 2011

A crever...

Triste à crever, elle erre et déambule, de pièce en pièce, s'abrutit dans des tâches absurdes, pour ne surtout pas penser...pourtant, elle n'a envie de rien, voudrait pouvoir s'échouer, absente, déconnectée, dans le fond du canapé et laisser échapper sans retenue les larmes qu'elle ne peut plus cacher. Le fil de sa vie, tissé et retissé, s'effiloche, et il faut sans arrêt reprendre le métier...et la voilà laide, et la voilà soudain vieille, elle dont le coeur avait cessé de battre vraiment à seize ans, ou peut-être était-ce bien... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 14:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 décembre 2010

Premier Amour

Il faisait chaud. Elle avait peur. Elle savait bien pourquoi il l'avait entraîné dans la chambre, elle n'avait pas eu la force de refuser ses ardentes avances. Et maintenant, elle regrettait. Se sentait prise au piège de ce trop beau garçon, dont le sourire la faisait fondre, dont les baisers lui donnaient le vertige, dont le corps fin, souple, animal, se collait, brûlant contre son corps à elle, son corps d'encore enfant. Il devint pressant. Le désir donnait à son regard des lueurs guerrières. Sans qu'elle ait rien pu faire, il... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 06:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 décembre 2009

allegresse (suite)

   Il ne sait plus très bien comment ils en sont arrivés à se réfugier dans ce petit bistrot, elle l'aura sans doute entraîné dans son sillage en inclinant légèrement la tête, ils ont descendu la rue du Baillage en allongeant le pas sur les pavés esseulés et le froid les aura poussé dans cet endroit incongru. Deux chocolats fument dans des tasses douteuses, mais la beauté du visage qui l'observe le détache du cadre bien mal accordé. la patronne mâchonne sans l'allumer un de ces petits cigares puants qu'on extirpe d'une boîte... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 16:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 octobre 2009

seule

Petite, elle allait à l'école comme on va à la guerre, la peur au ventre, la rage au coeur, les poings serrés. Plus tard, même combat, la violence de l'adolescence en plus. Elle cognait la grisaille des murs à grands coups de tête, pour y trouver les barreaux cachés, elle n'était pas duppe, elle ne valait rien. Il lui semblait qu'il suffisait d'y croire très fort pour ne pas exister, mais sa différence la rendait trop visible et le vent ne balayait pas ses regards affolés. Elle avait renoncé à se fondre dans la masse, et... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 23:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
02 août 2009

Je hais les Grandes Surfaces

Il ne sait plus bien où aller, où est-il d'ailleurs, ce grand échalas aux cheveux couleur paille, le torse voûté sur son caddy, un tee-shirt trop large baillant sur sa silhouette efflanquée, le jean usé tombant en accordéon sur des baskets avachies, le regard bleu perdu sur une vague liste ("ne pas oublier le chat..."). Il est arrêté au milieu de la foule du samedi, des familles furibondes s'écharpent le repas du soir en bousculant rageusement tout ce qui se met en travers. Un gamin obèse se pend, désespéré, à la cuisse de... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 14:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 novembre 2008

Le miroir

C'est une enfant blonde, au teint pâle et aux yeux de chat. Elle est seule dans l'appartement, à moins que sa mère ne soit encore blottie au fond du lit, coupée depuis longtemps des autres par les maladies imaginaires qui la terrassent depuis toujours. La petite fille est dressée sur une chaise en formica prise dans la cuisine, le regard happé par le miroir-soleil, brillant de laideur, rutilant de mauvais goût. Quelque chose l'hypnotise, bien au-delà de la fascination de sa propre image. Elle cherche, dans ce regard impénétrable,... [Lire la suite]
Posté par caramelblog à 11:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :